En route vers 2017!

 In Uncategorized

Chers lecteurs,

alors que les élèves et les enseignants de l’hémisphère nord ont repris le chemin des classes et que ceux de l’hémisphère sud s’apprêtent à en faire de même, il est plus que temps de vous presenter nos voeux pour cette année 2017 qui commence. Nous formons pour tous des voeux pour que 2017 soit une année qui compte dans votre vie comme une année faste, pleine de beaux accomplissements et de grandes joies.

Nous voudrions aussi présenter des voeux particuliers pour les écoliers, lycéens et étudiants, que 2017 vous aide à grandir et à réaliser qui vous êtes, quels sont vos talents et comment vous pouvez contribuer, chacun à votre niveau à oeuvrer pour votre avenir mais aussi à celui du monde qui vous (et nous) porte. Vous êtes l’avenir, et cela est tout particulièrement vrai en Afrique où les jeunes de moins de 15 ans représentent 41% de la population du continent (plus de la moitié de la population africaine a moins de 25 ans).

Nos voeux vont à la communauté éducative: parents, personnels d’encadrement et enseignants, vous êtes les piliers sur lesquels l’avenir de nos jeunes se construit. Vous avez la charge à la fois d’assurer leur bien-être quotidien et les guider dans leurs choix dans un monde qui n’est pas toujours simple. Vous êtes les fondations sur lesquelles ces enfants ou jeunes peuvent se reposer et auprès desquels ils peuvent doucement prendre leur essor. Pour paraphraser la merveilleuse définition de l’Ubuntu si chère aux sud-africains: “ils sont parce que vous êtes”. Que 2017 vous voit continuer avec courage et bienveillance dans cette voie.

En conclusion de ces voeux et pour vous donner à tous de l’inspiration pour l’année qui commence, je vous laisse avec cette très belle lettre d’Albert Camus à son instituteur, monsieur Germain, quelques jours après qu’il ait reçu le prix Nobel de littérature. Une lettre qui montre toute l’importance de l’éducation et que la main et les oreilles tendues d’un éducateur peut faire toute la différence dans la vie d’un enfant…

 

19 novembre 1957

Cher Monsieur Germain,

J’ai laissé s’éteindre un peu le bruit qui m’a entouré tous ces jours-ci avant de venir vous parler un peu de tout mon cœur. On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n’ai ni recherché ni sollicité. Mais quand j’ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j’étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. Je ne me fais pas un monde de cette sorte d’honneur mais celui-là est du moins une occasion pour vous dire ce que vous avez été, et êtes toujours pour moi, et pour vous assurer que vos efforts, votre travail et le cœur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers qui, malgré l’âge, n’a pas cessé d’être votre reconnaissant élève.

Je vous embrasse, de toutes mes forces.
Albert Camus (In “Le Premier Homme” 1994 Editions Gallimard)

Recommended Posts

Leave a Comment